Foire aux questions

À toutes les semaines, nous recevons du courrier électronique de nos confrères surfeurs sur le web. Nous apprécions les commentaires et les corrections à apporter à notre site. Nous avons établi une liste de questions qui nous sont fréquemment posées accompagnées des réponses.

Pour toute autre question, veuillez contacter le Service hydrographique du Canada par courrier électronique au shcinfo@dfo-mpo.gc.ca.

  1. Qu'est-ce qui cause les marées?
  2. Pourquoi les marées sont-elles si importantes pour les humains?
  3. Y a-t-il des marées sur les Grands Lacs?
  4. Qu'est-ce que la seiche et quand se produit-elle?
  5. Qu'est-ce qu'un mascaret?
  6. Que sont des "chutes réversibles"?
  7. Que sont les rides de courant?
  8. Qu'est-ce qu'un courant de retour?
  9. Qu'est-ce qu'une marée de vives-eaux ou de mortes-eaux?
  10. Qu'est-ce qu'un tsunami?
  11. Où observe-t-on les plus grandes marées au monde? À quoi sont elles dues?
  12. Où puis-je trouver les prédictions des marées canadiennes?
1) Qu'est-ce qui cause les marées?
Les principales forces qui donnent naissance aux marées océaniques sont celles de l'attraction de la lune et du soleil. À cause de sa proximité de la Terre, les effets causés par l'attraction lunaire sont environ deux fois supérieurs à ceux du soleil. Le rythme des marées coïncide donc généralement avec la rotation apparente de la lune autour de la terre. Le jour lunaire étant de 24 heures 50 minutes, la période associée à un cycle complet dure 12 heures 25 minutes (marée semi-diurne). D'autres facteurs non-astronomiques jouent un rôle important au niveau du marnage et de l'intervalle entre les marées basse et haute. Ces facteurs peuvent être la configuration de la côte, la profondeur de l'eau, la topographie de l'océan et d'autres influences hydrographiques et météorologiques.
2) Pourquoi les marées sont-elles si importantes pour les humains?
La connaissance des heures, hauteurs et l'importance du flux et reflux des eaux de marées est importante pour toute une série d'activités humaines, telles :
  1. La navigation commerciale et de plaisance à travers des chenaux côtiers et dans les estuaires, baies et ports.
  2. L'établissement du zéro des cartes pour l'hydrographie; cette information sera utilisée pour la démarcation d'un trait de base ou " trait côtier " qui servira à déterminer les limites territoriales hauturières, tant à la surface de l'eau, que sur les terres submergées du plateau continental.
  3. Pour donner des renseignements utiles destinés à la pêche, la navigation de plaisance, le surf et bien d'autres activités sportives ou touristiques.
  4. Les travaux de génie portuaire comme la construction de ponts, de quais, de brise-lames.
  5. La constitution de base de données nécessaire à des projets de génie sous-marin militaire.
3) Y a-t-il des marées sur les Grands Lacs?
Peu de nappes d'eau intérieures sont assez grandes ou assez profondes pour être touchées par les forces conjuguées de la lune et du soleil qui président aux marées, mais on a déjà enregistré de très faibles marées sur les Grands lacs. Pour l'observateur d'occasion, la marée sur les lacs est éclipsée par le changement plus prononcé du niveau de l'eau attribuable à la pression barométrique et au vent; cependant, les marégraphes indiquent une amplitude de marée d'environ 0.1 pied. Cela, bien entendu, n'affecte aucunement la navigation ou les installations portuaires.
4) Qu'est-ce que la seiche et quand se produit-elle?

Une seiche est une oscillation libre d'eau dans un bassin fermé ou semi-fermé et est habituellement causée par de forts vents ou des changements dans la pression atmosphérique. Comme un pendule, la seiche continue quelque temps après que la force génératrice ait cessé.

Seiche
Fig.1. Seiche

Au Canada, de fortes seiches peuvent être observées sur les lacs Érié et Ontario, à Sydney Harbour (N.-É.), dans la baie de Fundy et le golfe du Maine.

5) Qu'est-ce qu'un mascaret?

Un mascaret est la crête de la marée lorsque celle-ci entre dans une rivière. Il s'agit d'un phénomène qui ressemble à une vague remontant l'embouchure des rivières faisant l'objet de marées extrêmes.

Mascaret
Fig.2. Mascaret

Ces marées extrêmes sont présentes au Canada dans la baie de Fundy, sur la côte Est. Le plus grand mascaret de la baie de Fundy se produit sur la rivière Petitcodiac. Le mascaret peut remonter la rivière à une vitesse d'environ 15 km/h et atteindre une hauteur d'à peu près 1 m lors des marées de vive-eau et lors de la pleine ou de la nouvelle lune. Les mascarets gagnent en hauteur à mesure que le chenal se rétrécit. On peut obtenir l'heure du mascaret à Moncton et à Truro en composant, sans frais, le 1 877-775-0790.

6) Que sont des "chutes réversibles"?

Les "chutes réversibles" sont des phénomènes dus aux marées. À marée basse, leurs eaux chutent vers la mer sur un plateau rocheux. À marée haute, le flot marin s'élève au-dessus des chutes, le contre-courant remonte le fleuve, crée de la turbulence, des tourbillons, des remous, et donne l'apparence d'un courant inversé. Il y a trois chutes réversibles au Canada :

  • Rivière Saint-Jean, Baie de Fundy, Nouveau-Brunswick
  • Wager Bay, Ford Lake, Nunavut
  • Barrier Inlet, Détroit d'Hudson, Nunavut.
7) Que sont les rides de courant?

Des rides de courant sont souvent apparentes sur la surface des océans. Une ride de courant est souvent une étendue de turbulences aquatiques en mer, dans une baie ou dans un détroit, causée par des courants opposés ou par un courant sous-marin progressant sur un fond irrégulier. Les rides de courant peuvent se présenter sous la forme d'étendues d'eau clapoteuse glissant le long d'eau calme ou elles peuvent se présenter sous la forme de rapides en eau vive, là où la mer est calme.

8) Qu'est-ce qu'un courant de retour?

C'est un fort courant tidal qui se produit sous la surface de l'eau et qui se bute à un ou d'autres courants, causant ainsi des remous sous-marins violents, généralement dans une direction opposée de celle de l'eau de surface, appelée marée de courant. Quoique les marées de courants puissent apparaître en tant que des " sentiers " foncés ou calmes passant au travers de brisants, elles peuvent également exister là où il semble n'avoir aucun mouvement de surface.

9) Qu'est-ce qu'une marée de vives-eaux ou de mortes-eaux?

La hauteur de la marée varie d'une journée à l'autre. Les fluctuations sont principalement causées par la position relative du Soleil et de la Lune par rapport à la terre et la distance variable entre la Lune et la Terre.

Combinaisons des marées statiques solaire et lunaire produisant les marées de vive eau à la nouvelle lune et à la pleine lune, et les marées de morte eau au premier et au dernier quartier.
Fig. 3. Combinaisons des marées statiques solaire et lunaire produisant les marées de vive eau à la nouvelle lune et à la pleine lune, et les marées de morte eau au premier et au dernier quartier.

Deux fois par mois, au moment de la nouvelle lune et de la pleine lune, les influences gravitationnelles de la Lune et du Soleil se renforcent mutuellement et font davantage monter et descendre les marées qu'elles ne le font habituellement. C'est ce qu'on appelle les marées de vives-eaux. Au premier et au dernier quartier de la Lune, quand le Soleil, la Terre et la Lune forment un angle droit, la différence entre la marée haute et la marée basse (marnage) est inférieure à la moyenne. C'est ce qu'on appelle les marées de mortes-eaux. Tous les 27 jours et demi, quand la Lune atteint dans son orbite le point le plus proche de la Terre (qu'on appelle périgée), l'amplitude de la marée augmente. Lorsque ces marées de périgée coïncident avec les marées de vives-eaux, on peut s'attendre à des marées extrêmes. Par exemple, dans la baie de Fundy, ces conditions peuvent donner lieu à des marées de 16 mètres (53 pieds) d'amplitude. Inversement, quand la Lune est à son apogée, c'est-à-dire en son point le plus éloigné de la Terre, même les marées de mortes-eaux diminuent en intensité.

10) Qu'est-ce qu'un tsunami?

Mot japonais qui signifie "vague de port". Les tsunamis sont d'immenses vagues marines causées par des perturbations sous-marines engendrant un déplacement vertical de l'eau. Ces perturbations sont provoquées par des volcans sous-marins en éruption, ou par des tremblements de terre et des glissements de terrain qui se produisent au fond de l'océan.

Formation d'un tsunami
Fig. 4. Formation d'un tsunami

Les vagues d'un tsunami se propagent de façon circulaire à partir du site de l'événement, et ce, sur de grandes distances, sans grande perte d'énergie. La vitesse de ces vagues peut atteindre plus de 800 km/h. En eau profonde, la hauteur des tsunamis s'élève à moins d'un mètre, mais quand ils atteignent les eaux peu profondes près des côtes, l'eau de la vague ralentie et se gonfle pour former un grand mur; puis elle se jette ensuite sur la côte en détruisant tout sur son passage. La première vague d'un tsunami est souvent précédée d'une descente du niveau de l'eau. Quand elle frappe la côte, elle apparaît comme une augmentation rapide du niveau de l'eau et non comme une vague déferlante.

11) Où observe-t-on les plus grandes marées au monde? À quoi sont elles dues?

Les marnages les plus grands au monde se produisent dans la baie de Fundy (plus précisément dans le bassin Minas) et dans la baie d'Ungava (plus précisément dans le bassin de la rivière aux Feuille), sur la côte Est du Canada. On peut y observer des marées de 16 m (53 pieds) et plus. Le marnage varie dans le mois selon les phases de la lune; le plus important se produit lors de la pleine et de la nouvelle lune et le moins important, lors des deux autres phases lunaires. La baie de Fundy et la baie d'Ungava connaissent les marnages les plus importants au monde à cause de la combinaison inhabituelle de résonance et de la forme des bassins. En effet, ces bassins formes forment un " V ", l'eau rentre par la large ouverture et est poussée vers l'intérieur qui se rétrécit à la manière d'un entonnoir. Il en résulte une montée de l'eau qui n'a d'autre échappatoire que de monter et de former une grande marée. L'eau des bassins est également soumise à un effet de balançoire, appelé " effet de seiche ". On peut comparer ce mouvement à celui de l'eau dans une baignoire. Alors que l'eau clapotante d'une baignoire traverse celle-ci en quelques secondes. Celle de la Baie de Fundy par exemple, met 13 heures à traverser la baie (de l'embouchure, à la tête de la baie et retour). La marée montante de l'Atlantique qui se répète toutes les 12 heures et 25 minutes, renforce ce mouvement. L'effet de seiche de ces bassins existe grâce au mouvement de pulsation provoqué par les marées.

Autres grandes marées

Les marées fortes existent aussi ailleurs dans le monde : le port de Bristol en Angleterre (10 m); la mer d'Okhotsk au nord-est du Japon (10 m); la péninsule Turnagain en Alaska (12 m); et la baie de Saint-Malo en France (14 m). Il n'y a toutefois pas de marées aussi importantes à ces endroits qu'à la baie de Fundy et à la baie d'Ungava (jusqu'à 17 m).

12) Où puis-je trouver les prédictions des marées canadiennes?

Il y a sept volumes séparés de Tables des marées et courants du Canada :

  • Volume 1 : Côte de l'Atlantique et baie de Fundy;
  • Volume 2 : Golfe du Saint-Laurent;
  • Volume 3 : Fleuve Saint-Laurent et rivière Saguenay;
  • Volume 4 : L'Arctique et la baie d'Hudson;
  • Volume 5 : Détroits de Juan de Fuca et de Georgia;
  • Volume 6 : Discovery Passage et côte Ouest de l'île de Vancouver;
  • Volume 7 : Queen Charlotte Sound à Dixon entrance.
Index des tables de marées et courants du Canada
Fig. 5. Index des tables de marées et courants du Canada

Vous pouvez vous procurer les tables des marées et courants chez plus de 800 dépositaires autorisés au pays ainsi qu'à l'étranger

Vous pouvez également obtenir les prédictions tidales en composant le 1-877-775-0790.